Pourquoi et comment manger sans gluten ?

Pourquoi et comment manger sans gluten dans notre vie de tous les jours ?

C’est ce que l’on voit maintenant dans cet article.

Manger sans gluten : pourquoi ?

Manger sans gluten a de réels bénéfices

Cela peut être super intéressant de manger sans gluten, parce que comme vous le savez sans doute, le gluten peut être responsable de plusieurs problèmes de santé.

Le gluten qui porte bien son nom, puisque dans ce mot, on a bien le mot glu, qui signifie un petit peu colle et qui va permettre aux pains, aux brioches, aux pâtisseries de pouvoir plus facilement les préparer et les fabriquer.

C’est pour ça qu’aujourd’hui, on peut se retrouver avec des pains qui vont être énormes, qui vont être super gros, mais qui pour autant vont être vide à l’intérieur. Ils ont tout simplement beaucoup plus d’élasticité grâce au gluten.

En fin de compte, le gluten à la base, il est présent déjà naturellement dans les céréales qui sont anciennes et naturelles, mais il est présent en infime quantité. Aujourd’hui, on entend beaucoup parler du gluten puisque tout simplement, les céréales et notamment les blés, ont étaient génétiquement modifiés de façon à ce qu’il y ait un excès de gluten dans celles-ci.

Aujourd’hui, les céréales contiennent énormément de gluten ce qui de base naturellement n’est pas du tout le cas, et cela est notamment la conséquence d’un croisement de plusieurs céréales pour pouvoir finir par fabriquer des céréales qui sont complètement génétiquement modifiées et qui contiennent du gluten en excès.

Manger sans gluten : On croise plusieurs variétés de céréales pour avoir de « meilleures » farines et du gluten en excès

On croise et modifie plusieurs céréales pour différents objectifs et notamment pour le fait d’avoir plus de gluten, avec des farines qui vont être plus intéressantes pour fabriquer du pain, des pâtisseries, des brioches, ou tout un tas de produits de ce genre.

Et ça, c’est ce qu’on va notamment appeler le rétrocroisement.

Le rétrocroisement qui modifie les céréales et produit trop de gluten

Imaginons que l’on ait un blé qui produit beaucoup, qui a un gros rendement, mais qui par contre n’est pas résistant à une certaine maladie. Maintenant à côté de cela, on a un autre blé qui lui est résistant justement à la maladie, mais en revanche il ne produit pas beaucoup, il n’a pas un rendement qui est élevé.

L’objectif du rétrocroisement, ça va être de conserver le blé qui produit beaucoup, qui a un gros rendement, mais de lui rajouter le gène de l’autre variété de blé pour pouvoir lui permettre d’être résistant en même temps à la maladie.

Ce que l’on va faire, c’est qu’on va donc croiser ces deux blés. Pendant ce croisement, 50 % des blés vont obtenir ce qu’on recherche et les autres 50 % qui n’auront pas ce que l’on recherche ne vont pas être gardés.

Pour les premiers 50 % de ces blés que l’on a conservés, on va à nouveau les croiser avec le blé de base qui a un haut rendement, mais qui n’est pas résistant à la maladie. On va grâce à cela obtenir 75 % de blé qui ont conserver la résistance à la maladie, contre 25 % de blé qui vont être normaux.

Au bout d’environ 8 croisements de cette manière, on obtient presque 100 % des descendants de ces blés qui produisent beaucoup, qui ont un haut rendement, mais qui en plus sont résistant à la maladie.

Et c’est ça qu’on appelle le rétrocroisement, qui va être différent du fait de simplement introduire un gène dans l’ADN d’un organisme. Et en fin de compte cette utilisation du rétrocroisement, a donné naissance à plusieurs variétés de céréales qui n’existe pas à l’état naturel.

Source issu du livre : Gluten – Comment le blé moderne nous intoxique

Manger sans gluten : Quand on commence à modifier ce que la nature nous donne

Bien évidemment, quand on commence à vouloir modifier ce que la nature nous donne, on arrive au bout d’un moment avec forcément des problèmes

Par exemple en 2009, des chercheurs ont démontrés quand analysant les protéines d’un blé qui était issu du rétrocroisement, ils ont découvert que 95 % des protéines étaient présente chez l’un ou chez l’autre blé qui a servi à faire ce rétrocroisement, mais qu’en revanche 5 % des protéines étaient unique et introuvable dans l’un de ces blés. Et que les protéines du gluten seraient particulièrement concernées justement par ce phénomène, autrement dit il y a eu une mutation.

Il y a tout simplement 5 % de ces protéines issu du gluten, qui sont introuvables dans des blés qui vont être sauvage et que l’on peut trouver dans la nature naturellement.

Manger sans gluten : Presque tous les blés que l’on consomme sont des OGM

Aujourd’hui, on se retrouve avec des blés qui sont complètement modifiés, complètement différents, des blés qu’on trouve à la base naturellement dans la nature. Ce qu’il faut savoir également, c’est qu’aujourd’hui la plupart des céréales qu’on va consommer, sont des céréales provenant de semences génétiquement modifiées, autrement dit d’OGM et plus particulièrement issu du rétrocroisement.

Ce sont des semences où l’on a complètement modifiées leur ADN, on a complètement modifiées leurs structures naturelles. Bien sûr, tout cela n’est pas anodin et a des conséquences sur la santé, et cela à d’ailleurs énormément de conséquence. Puisque ce gluten et ces céréales modernes sont responsables d’énormément de problèmes de santé, sans même que parfois, on en est conscience.

Ces problèmes de santé sont nombreux, par exemple, il peuvent aller d’un simple mal de dos, à des douleurs articulaires, à des migraines, à de la dépression, à du diabète, à du psoriasis et même dans des cas plus grave de la sclérose en plaque.

1/ Être allergique au gluten

Le gluten est par définition de la protéine et notamment deux familles de protéines. On peut par exemple en être allergique, ce qui peut par exemple provoquer des rougeurs, des œdèmes, des démangeaisons ou encore d’autres symptômes.

2/ Être intolérant au gluten

On peut aussi en être carrément intolérant, c’est ce qu’on appelle la maladie coeliaque. Dans ce cas-là, ce qu’il se passe, c’est que quand on va consommer du gluten, le corps va produire des anticorps qui vont détruire l’intestin petit à petit et par la suite provoquer des maladies auto-immunes.

3/ Être sensible au gluten

Après, dans un 3eme cas, on peut juste en être sensible. Dans ce cas-là, on peut avoir les mêmes symptômes que si on en est intolérant, mais par contre par la suite, on n’aura pas des maladies qui vont être auto-immunes.

Et dans le 4eme cas, on peut se situer dans aucun des trois cas précédents, c’est-à-dire ni être allergique, ni être intolérant ou ni être même simplement sensible, mais pourtant ce n’est pas pour ça que le gluten ne va pas être mauvais pour notre organisme.

Puisque comme on l’a vu juste avant, il y a certaines protéines qui sont simplement le résultat d’une mutation à cause de rétrocroisement de certains blés et qui sont présents dans aucun des blés qu’on peut trouver à l’état sauvage et non modifié.

Manger sans gluten : Une opportunité de retrouver une meilleure santé

C’est pour ça qu’il peut être très intéressant si on a certains problèmes de santé et que on a tout essayé pour les éliminer, de peut-être voir si cela ne vient pas des céréales et du gluten moderne en supprimant par exemple, carrément la consommation de céréales sur 2 à 3 semaines pour voir s’il y a une amélioration.

Le gluten est donc présent dans pratiquement toutes les céréales. Il est aussi utilisé parfois en additif dans certains produits alimentaires.

Comment manger sans gluten :

Si on veut manger sans gluten, il faut déjà faire attention à ce qu’on consomme, puisque déjà si on consomme beaucoup d’aliments modifiés, beaucoup de produits transformés, il est fort probable qu’on consomme du gluten sans même que l’on consomme des céréales.

Il sera tout simplement ajouter en tant qu’additif dans certains produits transformer et souvent dans les plats qui vont être tout prêt à consommer.

Ensuite, on peut consommer simplement des céréales qui sont justement sans gluten, ce qui pour moi n’est pas l’idéal, puisque encore une fois, ce sont des céréales qui sont modifiées. On peut également consommer ce qu’on appelle des pseudos céréales.

Les pseudos céréales pour manger sans gluten

Ce ne sont au final pas des céréales, qui ne contiennent donc pas de gluten, mais qui peuvent se cuisiner un petit peu de la même manière. Comme par exemple ça peut être le cas avec le quinoa, le riz ou encore d’autres.

Ce qui est même plus intéressant à faire, c’est de changer notre façon de nous alimenter*, pour pouvoir justement remplacer ces céréales que l’on peut consommer par exemple pendant un repas, par des aliments qui vont bien plus nous nourrir et qui seront plus intéressant pour notre santé.

*Voir : 6 vidéos pour retrouver la forme et la santé

Remplacer les céréales par des autres glucides

On peut remplacer les céréales par une autre sorte de glucides*, en consommant à la place peut-être par exemple des légumineuses, peut-être des patates douces, peut-être des pommes de terre, peut-être plus de légumes.

Après en ce qui concerne par exemple les brioches ou les pâtisseries que l’on peut trouver en grande surface ou même par exemple à la boulangerie, ils sont tous remplis, en règle générale, de gluten et de tout un tas d’additifs alimentaires qui sont très mauvais pour notre organisme.

*Voir : Les glucides c’est quoi ?

Manger sans gluten : en consommer de temps en temps ?

Suivant comment on réagit au gluten, on peut peut-être par exemple, de temps en temps se faire plaisir et consommer une petite pâtisserie. Bien sûr, ça c’est à chacun sa responsabilité, à chacun de voir s’il est intéressant pour lui dans d’en consommer ou pas.

À moins de faire des pâtisseries ou des brioches soi-même avec des farines spéciale (farine de lupin, farine de châtaigne, de riz…), il va être très difficile de trouver des pâtisseries et des brioches en boulangerie ou en grande surface par exemple, qui ne vont pas être fabriqués avec des farines provenant de céréales génétiquement modifiées et contenant du gluten.

Tout simplement parce qu’aujourd’hui la plupart du marché utilise ces farines, puisqu’elles sont plus intéressantes en terme de production, mais aussi sur le coût financier.

Cela peut être difficile de manger sans gluten, si notre alimentation n’est de base déjà pas très variée, mais que si en plus on ne change absolument rien d’autre quant à ce que l’on consomme.

Il est bien plus intéressant de changer son alimentation dans sa globalité, de façon à nourrir son organisme avec beaucoup plus de qualité, mais aussi avoir accès à des aliments que peut-être on a pas l’habitude de consommer et qui seront bien plus intéressant que des céréales modifiées et qui en plus contiennent du gluten.

Manger sans gluten : Changer son alimentation

Changer son alimentation pour manger sans gluten et avoir une meilleure santé

Par exemple, on peut très bien faire germer des lentilles, les consommer telles quelles, sans même les cuire, ce qui est bien plus intéressant, bien plus nourrissant pour l’organisme et qui peut permettre par exemple, de remplacer une portion de céréales pour tout simplement manger sans gluten.

On peut également utiliser par exemple des haricots, où d’autres aliments de ce genre, des aliments de qualité bien sûr, biologiques et qui seront plus intéressant pour notre organisme que les céréales modifiées qui contiennent du gluten en excès.

Après bien sûr, comme nous sommes tous différents et que nous avons pas tous les mêmes objectifs, parce que par exemple certain peuvent être dans l’ambition de perdre du poids, d’autres plutôt dans l’ambition d’en prendre ou encore d’autres simplement d’avoir et de maintenir une bonne santé, dans ce cas-là il faudra adapter son alimentation par rapport à soi.

Je pense personnellement qu’éviter de manger du gluten, quel que soit notre état de santé, peut que être bénéfique et que même éviter la consommation de céréales modernes et très avantageux pour rester en bonne santé.

Ce qui est sûr, c’est que cela peut au début être difficile de manger sans gluten, puisque le gluten et les céréales en contenant sont présents un petit peu partout, mais qu’en revanche, une fois que l’on sait comment mieux s’alimenter, il est plus facile de les éviter.

C’est aussi une question de choix, certains d’entre nous peuvent se dire qu’ils n’ont pas envie de « s’embêter » à manger sans gluten parce qu’il faut regarder la composition de ce que l’on achète ou encore faire attention à ce que l’on mange, etc.

Et ça encore une fois, chacun a sa propre responsabilité et fait ce qui lui fait envie. Seulement, chaque choix que l’on fait à des conséquences et quand ce sont des choix par rapport à notre santé, il vaut mieux évidemment faire les bons.

En complément à cet article :

  1. Comment manger équilibré, ce que vous ne trouverez pas ailleurs
  2. Ne plus être fatigué, les solutions radicales !
  3. Comment être en bonne santé ?
  4. Formation offerte pour retrouver la forme et la santé