Manger moins de viande, comment bien le faire ?

Que ce soit pour l’environnement, pour notre santé ou même simplement pour les animaux, manger moins de viande dans son quotidien peut être intéressant.

Seulement, même si on a l’intention de manger moins de viande, on peut ne pas savoir comment vraiment bien le faire et avoir peut-être peur de subir de mauvaises conséquences sur notre santé.

On peut par exemple avoir peur de manquer de protéines.

Dans cet article, j’aimerais vous aider à manger moins de viande, mais en plus, être en meilleure santé.

Manger moins de viande et ses mythes

Manger moins de viande et ses mythes...

J’aimerais commencer cet article, en commençant par dire que la quantité de protéines que l’on trouve dans la viande et que nous avons besoin pour rester en bonne santé, n’est pas si élevée qu’on peut le croire.

Pour vous donner une idée, l’OMS, c’est-à-dire l’Organisation mondiale de la santé, recommande à peu près aux alentours de 60 à 80 grammes de protéines par jour pour une personne normale, et c’est même plus aux alentours des 60 g (0,66 g par kilo de poids de corps).

Autrement dit, dans la plupart des cas quand on mange de la viande, on consomme déjà trop protéine. Après, ce taux de protéine va varier selon les besoins que l’on va avoir. Par exemple, si on fait de la musculation et qu’on a besoin d’une plus importante reconstruction musculaire.

On aura ici forcément besoin de plus de protéines pour pouvoir le faire, contrairement à une personne qui ne pratique pas de la musculation par exemple.

Peur de manger moins de viande ?

Si notre peur de moins manger de viande se base seulement par rapport au taux de protéines et que l’on pense justement, que l’on pourrait en manquer, il faut bien prendre conscience que l’on n’a pas besoin de tant de protéines que cela. Et que d’ailleurs, beaucoup de personnes ne mangeant absolument pas de viande et ne sont pas en déficit.

Après, manger moins de viande, cela ne veut pas forcément dire complètement l’arrêter. Cela va être à chacun son choix et sa responsabilité. Pour les sources de protéines animalières, il y a encore les oeufs, le poisson, les crustacés ou encore les fruits de mer.

Des protéines grâce aux végétaux

Ce qu’il faut comprendre, c’est que des protéines il y en a énormément aussi dans les végétaux. La plupart des protéines qu’on va trouver dans les végétaux ne vont pas être complètes, mais ce n’est pas pour ça qu’elles ne vont pas être qualitative.

Par exemple, on peut très bien mélanger pendant un repas, certains végétaux pour pouvoir avoir un profil de protéines complet, un profil d’acide aminé qui va être complet.

Ou alors, on peut très bien simplement, le matin manger certains végétaux, le midi d’autres végétaux, et par exemple le soir, encore d’autres végétaux. Si l’on mange trois fois par jour.

Et de cette manière, on aura toujours accès aux protéines que le corps a besoin pour fonctionner normalement.

Dans l’ambition de prendre du muscle ?

Si l’on est pas dans l’ambition de prendre du muscle, de prendre de la masse, je pense qu’il n’y a aucun intérêt à faire une fixette sur les protéines, puisque encore une fois, on a pas besoin d’autant de protéines qu’on peut le penser.

Comme les protéines servent à reconstruire les tissus musculaires et construire tout un tas de choses dans le corps, si par contre on fait de la musculation et qu’on sollicite beaucoup les muscles, que l’on casse beaucoup de fibres musculaires pendant nos entraînements, là on aura forcément beaucoup plus d’intérêt à faire attention de bien varier les protéines, si l’on se met à manger moins de viande.

De varier les protéines et d’en avoir une quantité suffisante pour avoir une bonne reconstruction musculaire.

Et encore une fois, on fait toujours une fixette sur les protéines alors que dans l’alimentation, il y a des choses qui sont bien plus importantes que simplement les protéines.

Si par exemple on concentrerait plutôt notre attention sur les micronutriments que l’on va consommer dans une journée, plutôt que les protéines, on serait déjà en meilleure santé.

Trop de protéines dans le corps, c’est mauvais, ou l’art de manger moins de viande

On a besoin de protéines pour faire fonctionner notre corps normalement, mais si le corps n’a pas besoin de protéines, il n’y a aucune utilité à en apporter beaucoup par notre alimentation.

Ce qui est même intéressant à savoir, c’est qu’en plus, si on en consomme trop, cela devient carrément mauvais pour notre corps. Et ça, ce n’est pas moi qui l’invente, mais c’est par exemple les travaux de plusieurs personnes, dont un Monsieur qui se nomme Andreas Moritz.

Ce monsieur explique très clairement que des concentrations élevées de protéines dans le sang en continu, sans que celles-ci ne soient utilisées, empêchent la distribution des nutriments, de l’eau, du sucre et de l’oxygène dans l’organisme.

Le seul endroit où les protéines qui ne sont pas utilisées peuvent être stockées en grande quantité, c’est dans les vaisseaux sanguins. Le corps va ensuite convertir les protéines solubles en collagène et les stocker dans la membrane des parois des vaisseaux sanguins.

Il explique que la membrane peut augmenter jusqu’à 10 x son épaisseur pour stocker des protéines, ce qui réduit et abîmes les membranes sanguines des veines. À ce moment-là, du cholestérol va venir se coller pour pouvoir réparer ces membranes faisons un petit peu comme un pansement.

Trop de protéines, les conséquences

Il explique par la suite, que le dépôt de ces protéines empêche le cholestérol de quitter la circulation sanguine, ce qui suit que les cellules du foie supposent qu’il y a un manque de cholestérol dans l’organisme et c’est ce qui finit par augmenter la production de cholestérol à des niveaux qui sont anormalement élevés.

Il explique aussi que les besoins en protéines de l’organisme, sont en fait assez faibles et certainement pas aussi élevés que veulent nous le faire croire les industries alimentaires et pharmaceutiques.

Il dit que 95 % des protéines de l’organisme sont tout simplement recyclées, et que le foie synthétise de nouvelles protéines à partir des acides aminés qui ne sont pas nécessairement dérivés des aliments qu’on va manger et que tout simplement chaque cellule dans le corps fabrique des protéines.

Il dit que les protéines issues d’une suralimentation peuvent même gravement congestionner le sang et la lymphe. Ils peuvent même faire « suffoquer » les cellules, en diminuant carrément leurs capacités à fabriquer justement des protéines.

Il dit aussi qu’à partir du moment où un animal est tué, ses protéines commencent être dénaturées pour pouvoir être décomposées. En consommer quand celles-ci sont dénaturées est très mauvais pour l’organisme.

Quand on sait que les protéines en excès c’est mauvais, c’est plus facile de manger moins de viande

Chacun pourra penser ce qu’il veut, mais je pense que quoi qu’on en retire de ces informations, il est quand même intéressant d’être conscient de tout ce que peut provoquer des protéines en excès si justement on est dans l’ambition de manger moins de viande, et encore plus si ce sont des protéines de mauvaise qualité.

Il explique plein d’autres choses intéressantes à propos des protéines que j’expliquerai dans d’autres articles, mais il faut simplement retenir qu’une surconsommation en protéine, c’est mauvais pour l’organisme, surtout si ces protéines ne sont pas utilisées par le corps.

Manger moins de viande ou complètement l’arrêter ?

Ensuite, comme écrit plus haut, cela va dépendre aussi si l’on arrête complètement, par exemple, les produits animaliers ou si l’on se met juste à moins manger de viande.

Puisque à ce moment-là, il restera toujours le poisson, les oeufs, les fruits de mer, les crustacés, qui contiennent un profil de protéines qui est dit complet. Mais si c’est simplement à cause de la peur de manquer par exemple de protéines que vous avez du mal peut-être à moins manger de viande, rassurez-vous, vous n’en manquerai pas si votre alimentation est variée.

Et même cela ne veut rien dire, puisqu’il y a carrément des personnes qui ne mangent même plus, qui ne consomment plus d’aliments et qui se nourrissent simplement de soleil et d’air et qui ne manque absolument pas de protéines, mais ça, c’est encore autre chose.

Apprendre à écouter son corps

Si on apprend à écouter notre corps, on sera si on a besoin de manger de la viande ou pas. Par exemple, pour moi, je sais que la viande rouge n’est pas forcément bonne pour mon organisme et je pense même d’ailleurs qu’elle n’est pas forcément bonne pour la plupart d’entre nous.

Si par exemple on ne veut pas forcément en consommer, mais qu’on peut ressentir un petit peu le besoin d’en manger, on peut complètement réduire notre consommation ce qui sera déjà beaucoup plus bénéfique pour notre santé que d’en consommer tous les jours.

Manger moins de viande : les végétaux qui contiennent des protéines

Pour revenir aux végétaux qui contiennent des protéines, certains vont contenir beaucoup plus de protéines que d’autres et je vais vous en citer quelques-uns si vous voulez commencer à en intégrer justement à votre alimentation pour pouvoir moins manger de viande.

Vous avez par exemple les haricots rouges, les pois chiches, les cacahuètes, les graines de courges, les pois cassés, les graines de chanvre, la spiruline, les graines de chia et encore plein d’autres aliments qui permettent d’apporter de la protéine de qualité et en quantité suffisante.

Si on part dans l’ambition de manger moins de viande, on part normalement dans l’ambition de faire un changement alimentaire.

Et donc forcément, si on fait un changement alimentaire, on est normalement censé mieux s’alimenter. Ce qui veut dire que si par exemple on consomme beaucoup moins de viande, on va forcément changer notre alimentation.

Manger moins de viande c’est donc changer son alimentation

Si l'on mange moins de viande on va forcément changer notre alimentation

Si on change notre alimentation, on va donc manger des choses que peut-être, on aura jamais mangées. Ces choses-là, nous permettant de varier beaucoup plus facilement notre alimentation et d’apporter tout un tas de nutriments dont l’organisme a besoin pour fonctionner.

Ce que je veux dire par là, c’est que si on mange moins de viande, mais que derrière on ne change absolument rien dans notre alimentation, qu’on mange toujours comme d’habitude, peut-être qu’en effet ça ne va pas être l’idéal.

Mais que par contre, si on commence à moins manger de viande et que par la même occasion, on change notre façon de nous alimenter pour viser une meilleure alimentation, on va forcément être mieux nourri et en meilleure santé.

On va également se sentir beaucoup mieux dans notre peau, puisque quand l’alimentation commence à être vraiment bonne en terme de qualité, l’organisme fonctionne beaucoup mieux.

Il est beaucoup plus propre et forcément on se sent beaucoup mieux, que ce soit mentalement ou physiquement, et je dirais même que la différence est flagrante par rapport à notre état de bien-être.

On passe d’un organisme qui fonctionne à demi moitié, qui peut être plus ou moins encrassé et ralenti, à un organisme qui va fonctionner à son maximum et qui à défaut d’être pure, sera le plus propre possible.

Voir aussi : Formation offerte pour retrouver la forme et la santé

Conclusion :

Ce qu’on pourrait retenir de cet article, c’est que consommer énormément de protéine pour être en bonne santé est au final quelque chose qui peut être erroné et même devenir mauvais si l’organisme n’en a pas besoin.

Si l’on veut manger moins de viande dans notre quotidien, ça peut être beaucoup plus facile qu’on peut le croire, puisqu’il suffira simplement d’apporter une alimentation de qualité et variée.

Dans l’idéal, il serait beaucoup plus intéressant de faire un changement alimentaire, de façon justement à apporter une alimentation de qualité et découvrir par la même occasion, certains aliments que peut-être on ne connaît pas et qui peuvent être super intéressant pour la santé.

En complément :

  1. Comment manger équilibré, ce qu’il faut savoir
  2. Les solutions pour être en bonne santé
  3. 6 vidéos offertes pour retrouver la forme et la santé